Août 06 17

Version imprimable Le mythe américain

du cow-boy au web 2.0

Mots-clés : ,

 Suite à mon retour de vacances et lecture de mon , je me rends compte que l’actualité du moment en ce qui concerne les sujets de l’intranet/blogs/web 2.0 c’est une étude "Corporate Intranets: Best Practices." Dont nous parle Jane comme Bertrand., web 2.0

L’étude en question est assez solide mais à la fois très consultant et américaine avec un constat horrifié du côté de notre beau pays, on est loin du Web 2.0…

Mais nos besoins sont-ils les mêmes, j’ai parfois le sentiment que l’on cherche à faire le bonheur des utilisateurs d’intranet à leur dépends, il faudrait à tout prix placer ces nouveaux outils pour obtenir gains, productivité, amélioration de la collaboration au sein de l’entreprise.

Nous serions ainsi les géniaux intranet Manager que tous attendaient, employés, direction et bien sur prestataires ;-)

L’expérience m’a démontré que sans prise en compte des besoins réels des utilisateurs toutes les recettes d’accompagnement du monde ne permettront pas une appropriation durable de ces outils.

Ce type de document a pour principal avantage de nous donner des idées , des pistes de réflexion qu’il faut ensuite confronter au principe de réalité, aux usages et besoins des nos clients internes au profit de la performance de l’entreprise.

Ne tombons pas encore une fois dans la course aux dernières technologies miraculeuses en provenance des states, elles ne sont rien si elles ne sont pas en phase avec la population cible.

Actuellement je travaille sur un projet d’espace collaboratif pour Responsables éditoriaux et un autre pour professionnels RH, je peux vous dire que mon souci n’est guère la technologie mais surtout trouver le moteur du besoin de collaboration et ensuite la facilité à le faire par le Web 2.0 ou vintage J

Commentaires

Masse

Merci pour ton point de vue Vincent. Il est vrai que le moteur du besoin de collaboration est le point d'origine.

Personnellement, dans mes Xnet (intra et extranet) qui fonctionnent sur des technologies Open Source, j'assaisonne avec des nouvelles technologies ciblées et utiles. Ainsi, j'ai pu intégrer des flux RSS dans l'intranet. Mais ces flux ne sont pas des copier coller de textes de l'intranet, sans quoi les readers de flux deviendraient des substituts à l'intranet.

J'utilise les flux (par alimentation manuelle dans un editeur) comme m'a si bien décrit un ami 'argument commercial'. Pour générer du traffic sur l'intranet, je garde le titre et je mets la première ligne + ... avec un lien vers l'intranet (lien plus profond parfois). Non seulement les collaborateurs connaissent la dernière nouvelle mais ils vont ensuite sur l'intranet. Je peux alimenter ce flux pour toute nouvelle même indirecte, une nouvelle offre avec une page mise à jour etc etc ....

Comme quoi, la technologie (oui je suis d'accord avec toi Vincent) vient en support d'un besoin et pas l'inverse. J'ai adapté la technologie au besoin d'être informé malgré le peu de disponibilité parfois des collaborateurs.

A+, ;-)

 


Masse | Le Jeudi 17/08/2006 à 16:29 | [^] | Répondre

Re:

Vincent

Ce qui veut dire que tes clients ont un lecteur de flux RSS ou c'est leur boite mail qui permet de les recevoir ? car si ils on intranet plus un RSS reader à côté tu as des Geeks en face de toi ça facilité moi je suis plus dans la catégorie mouflons ;-)

L'idée est excellente si non :-)

 


Vincent | Le Jeudi 17/08/2006 à 16:37 | [^] | Répondre

Re: Re:

Masse hé hé ;-)

 


Masse | Le Jeudi 17/08/2006 à 16:40 | [^] | Répondre

Qu'est-ce que l'intranet américain ?

Vincent a raison. L'important c'est le process et le besoin donc l'utilisateur.
Pour prendre un exemple, un enfant n'avait pas besoin de PSP en 1972. A l'inverse, casimir est méga dépassé pour un gamin de 2 ans aujourd'hui.
Pourquoi cet exemple simpliste, c'est tout simplement que l'entreprise n'est plus maître des évolutions techno car chacun d'entre nous a des outils plus développés (palm, 3G, ...).
Dans ce cadre, est-ce que nous ne devons pas courir après la techno? Est-ce que la techno ne reconstruit pas notre monde? Vivons nous de la même façon?

Par contre attention au rêve américain et à leur avance. Oui, peut-être à New York sur la fameuse île mais est-ce que la creuse doit envier le Dacota ou le Pas de Calais le Texas en matière d'utilisation des NTIC?

Si j'avais par contre une recherche à faire, elle serait plus sur l'Inde qui construit un nouveau monde en même temps que ces évolutions techno. En cela, ils ne recherchent pas les best practices mais vivent avec.

Enfin, n'y a t'il pas une utilisation spécifique par pays et par continent des NTIC et donc des intranets où doit-on croire que le modèle coca Mac Do est transposable à nos métiers et univers et donc qu'on fait tous pareil in the world ...

Et j'en ai encore des questions en tête ...

 


xavier aucompte | Le Vendredi 18/08/2006 à 12:02 | [^] | Répondre

Re: Qu'est-ce que l'intranet américain ?

... ce que j'en ai retenu c'est qu'il faut rester capable d'appréhender voire d'intégrer un nouveau modèle ou encore une structure d'actions innovantes mais surtout cela n'est utile que si l'on sait rester vraiment critique par rapport à cette nouvelle "praxie".

Ce doit être le côté français qui prédomine mais je n'hésite pas à la remettre en cause en permanence... et autour de moi on fonctionne de plus en plus selon ce principe voire ce réflexe du calcul permanent du coût d'opportunité... certes c'est une "technique" d'économiste pas encore bien diffusé dans la culture française. C'est pourtant facile de constater que le dernier des chauffeurs de taxi à New-York l'applique au quotidien... c'est vrai qu'il a investi une bonne partie de son fonds de pension en actions etc... et que l'américain moyen se dit qu'il a emprunter pour faire des études pour progresser plus vite sur la courbe des salaires au lieu de continuer à percevoir son salaire moins qualifié... et c'est peut-être aussi une manière positive de se projetter dans l'avenir tout en mesurant au mieux les risques associés.

Le blog et les flux RSS dans l'entreprise offrent cette logique de valorisation du cout d'opportunité, qui est excellent si l'on reste vigilant sur son ROI, sa valeur ajoutée face aux zillions d'autres outils disponibles... belle époque car nous développons et bénéficions de nouveaux outils ! ... et en bon gaulois... faudrait pas qu'ils nous tombent sur la tête... d'ici là la cyber-culture progresse encore et les américains ont même ce mot pour le décrire :"empowering".

Gil

 


Revgi | Le Vendredi 18/08/2006 à 12:34 | [^] | Répondre